ACFE Montreal – IAIM: Entente de Partenariat / Partnership Agreement

Entente de partenariat entre l’Association of Certified Fraud Examiners, Chapitre de Montréal (ACFE) et l’Institut des auditeurs internes – section Montréal (IAIM)

L’Association of Certified Fraud Examiners, chapitre de Montréal (ACFE) et l’Institut des auditeurs internes–Section Montréal (IAIM) sont très fiers d’annoncer la conclusion d’une entente de collaboration entre eux.

L’ACFE et l’IAIM visent à fournir continuellement à leurs membres les compétences et expertises recherchées dans l’exercice de leurs activités respectives pour créer la valeur ajoutée attendue. Ces objectifs communs sont des puissants leviers de promotion et  développement de leur profession et assurent leur rayonnement dans les communautés qu’ils desservent.

Par ce partenariat, l’ACFE et l’IAIM désirent réciproquement faire bénéficier à leurs membres l’accès à une gamme élargie d’évènements de formations et d’éducation dans les domaines de l’audit et de la lutte contre la fraude, afin d’augmenter les retombées positives pour leurs membres et organisations respectives. De plus, cette collaboration fournira aux professionnels une plateforme d’échanges d’idées et de bonnes pratiques dans leurs domaines d’expertise tout en leur donnant l’opportunité d’étendre leur réseau.

La collaboration s’articule notamment autour de la promotion de formations, la diffusion d’activités et la promotion des titres proposés, incluant notamment le « Certified Fraud Examiners » et le « Certified Internal Auditors ». De plus, les membres de l’ACFE bénéficient du tarif membre de l’IAIM sur les événements organisés par la section de Montréal.
Nous sommes convaincus que cette collaboration aura un effet positif et durable sur le rayonnement l’ACFE et de l’IAIM, chapitres de Montréal.

À propos de l’IAIM

La profession d’auditeur interne est regroupée au sein de The Institute of Internal Auditors (The IIA), reconnu en tant que leader de la profession pour la certification, l’éducation, la recherche et les conseils en matière d’audit interne. Les quelques 180 000 membres de l’IIA, présents dans 190 pays et territoires, œuvrent dans tous les secteurs d’activités, qu’ils soient privés, publics ou parapublics.

Fondé en mars 1945, l’IAIM est un organisme professionnel dont la mission est de promouvoir la profession d’auditeur interne, de répondre aux besoins des professionnels de l’audit interne ainsi qu’aux organisations privées, publiques et gouvernementales qui disposent ou désirent se doter de service d’audit interne.

L’IAIM regroupe près de 900 membres et organise des formations couvrant autant les aspects techniques de l’audit interne que le développement d’habiletés personnelles que requiert la profession, et propose chaque année une série d’événements (déjeuners-conférences, tables rondes, etc.) traitant de sujets d’intérêt pour les auditeurs internes.

Visitez le Site Web de ce partenaire

 


 

Partnership Agreement between the Association of Certified Fraud Examiners (ACFE) – Montreal Chapter and the Institute of Internal Auditors (IAIM) – Montreal Chapter

The Association of Certified Fraud Examiners (ACFE) – Montreal Chapter and the Institute of Internal Auditors (IAIM) – Montreal Chapter are proud to announce the resolution of their partnership agreement.

The ACFE and IAIM aim to continuously provide their members with the competencies and expertise required to carry out their respective activities in order to create the expected added value. These common objectives are powerful leverages for the promotion and development of the professions, and provide exposure to the professional communities they serve.

Through this partnership, the ACFE and the IAIM, reciprocally, wish to offer their respective members an expanded range of audit and anti-fraud educational training events, which will positively impact their members and respective organizations.   This collaboration will also provide a platform for professionals to exchange ideas and best practices within their field of expertise, and the opportunity to expand their professional network.

This collaboration will include the promoting of training events, advertising of activities, as well as promotion of the Certified Fraud Examiner (CFE) and Certified Internal Auditor (CIA) titles to increase membership. In addition, the ACFE members will benefit from the IAIM membership rate on events organized by the IAIM – Montreal Chapter.
We are convinced that this partnership will have a positive and lasting effect on the exposure of the ACFE and the IAIM Montreal Chapters.

About the IAIM

The profession of Internal Audit is recognized within The Institute of Internal Auditors (The IIA).  The IIA is known as a leader for the professional certification, education, research and internal audit advisory services. The 185,000 members of The IIA, are present in 190 countries and territories, and work in various professional sectors, whether private, public or para public.

Founded in March 1945, the IAIM is an occupational organization whose mission is to promote the profession of internal audit, to meet the needs of internal audit professionals, as well as to offer to private, public and governmental organizations who wish to enhance or start-up an internal audit practice.

The IAIM has nearly 900 members, and organizes trainings either related to the technical aspects of the internal audit profession or the development of personal skills required by the profession. Every year, the IAIM hosts a series of events (breakfast conferences, round tables, etc) of interest for internal auditors.

Visit this partner’s website.

 

Autorité des marchés financiers c. Dean Evans Services au client privé inc., 2019 QCTMF 20

2019EXP-1777

 

Intitulé : Autorité des marchés financiers c. Dean Evans Services au client privé inc., 2019 QCTMF 20

Juridiction : Tribunal administratif des marchés financiers (T.M.F.), 2018-021-001

Décision de : Me Élyse Turgeon, vice-présidente

Date : 9 avril 2019

Références : SOQUIJ AZ-51588122, 2019EXP-1777 (14 pages)

 

ADMINISTRATIF (DROIT) : Dans la mesure où l’Autorité des marchés financiers n’a pas démontré prima facie que les intimés procédaient à des transactions contraires aux intérêts de leurs clients, il ne convient pas d’ordonner de manière intérimaire la nomination d’un vérificateur indépendant.

.

+Résumé

ADMINISTRATIF (DROIT) — actes de l’Administration — Tribunal administratif des marchés financiers — pouvoirs — mesures de redressement — ordonnance intérimaire — nomination d’un vérificateur indépendant — enquête pendante — transactions contraires à l’intérêt du client — fardeau de la preuve — prépondérance des inconvénients.

VALEURS MOBILIÈRES — droit administratif en valeurs mobilières et instruments dérivés — devoirs et obligations — Tribunal administratif des marchés financiers — pouvoirs — ordonnance intérimaire — nomination d’un vérificateur indépendant — enquête pendante — transactions contraires à l’intérêt du client — fardeau de la preuve — prépondérance des inconvénients.

Demande d’ordonnances intérimaires. Rejetée.

Dans le contexte où l’Autorité des marchés financiers (AMF) soupçonne les intimés de multiplier les transactions dans les comptes de leurs clients dans le seul but de multiplier et d’augmenter leur rémunération, elle souhaite que le Tribunal nomme un vérificateur indépendant dont le mandat consisterait à procéder à un examen des transactions réalisées et à fournir à l’AMF un rapport mensuel.

Décision
À la lumière de la preuve administrée de part et d’autre, le Tribunal conclut que l’AMF n’a pas démontré prima facie que: 1) les recommandations faites par le courtier ne correspondraient pas aux profils de ses clients; 2) que la vente à court terme d’un billet destiné au long terme serait nécessairement inappropriée, indépendamment des conditions de marché; ni 3) que le seul objectif derrière les ventes et les achats successifs de billets à capital protégé faits en blocs par le courtier dans des périodes restreintes était de maximiser les commissions du courtier au détriment de l’intérêt de ses clients. Par ailleurs, la prépondérance des inconvénients favorise les intimés. Dans les faits, il n’y a pas lieu, dans l’intérêt public, de rendre les ordonnances demandées.

 

Le texte intégral de la décision est disponible ici

L’arnaque : des subterfuges prolifiques

« On dit toujours que ça n’arrive qu’aux autres, jusqu’au jour les autres, c’est toi. »

Par Amélie Pilon, avocate

En 2017, plus d’un million de crimes contre les biens — qu’il s’agisse de vol, de possession de biens volés ou de fraude — ont été déclarés à la police au Canada. Le domaine de l’arnaque est malheureusement devenu une entreprise bien lucrative.

Arnaque amoureuse

L’arnaque amoureuse est un stratagème très simple : il s’agit de séduire une personne au moyen d’Internet afin de gagner sa confiance et de pouvoir ainsi lui soutirer de l’argent.

Selon le Bureau de la concurrence et le Centre antifraude du Canada, c’est l’arnaque la plus « rentable » pour les criminels. En effet, la Gendarmerie Royale du Canada a même rapporté que les Canadiens à la recherche de leur âme sœur s’étaient fait arnaquer, en 2018, pour au-delà de 22,5 millions de dollars.

Malheureusement, même si de plus en plus de plaintes sont déposées à la police à cet égard, il demeure très difficile de poursuivre les protagonistes en justice puisque, si certains réseaux exercent leurs activités depuis le Canada, la plupart se trouvent à l’étranger et sont donc très difficiles à retrouver.

Faites attention à vos « amis »

Parfois, la « menace » provient d’une personne qui semble de prime abord bienveillante. La Cour du Québec, dans un jugement récent (Blouin), a condamné un homme qui se spécialisait dans ce type d’infraction.

L’accusé, qui avait proposé à son nouvel ami d’entreposer certains de ses biens afin de tenter de les soustraire du partage du patrimoine familial au cours de procédures de divorce, a tout simplement décidé de les vendre à l’insu de son propriétaire. Il a même poussé l’audace jusqu’à lui demander à plusieurs reprises de lui prêter de l’argent après avoir appris que la victime avait reçu une somme 66 000 $ de la vente de sa résidence.

Lorsque la victime s’est rendu compte de la situation, l’accusé a feint de ne pas la connaître et a affirmé ne rien lui devoir.

Bien qu’aucune entente écrite n’ait été signée entre la victime et l’accusé, la version invraisemblable de ce dernier n’a soulevé aucun doute raisonnable et il a été déclaré coupable d’avoir volé divers objets ainsi que d’avoir, par supercherie, mensonge ou autre moyen dolosif, frustré la victime d’une somme dépassant 5 000 $.

Arnaque au travail

Certaines personnes peuvent aussi profiter du lien de confiance qui les unit à leur employeur afin de tenter de s’enrichir.

Dans Lefebvre, 3 employés de la société en commandite Stationnement de Montréal ont dérobé près de 300 000 $ à leur employeur. Affectés à la collecte de l’argent contenu dans les bornes de stationnement, ils ont profité des faiblesses du système de vérification des activités qui était alors en place.

La Cour du Québec a même précisé que leur stratagème aurait pu se perpétuer encore bien longtemps s’ils n’avaient pas été cupides, s’étaient satisfaits d’une partie des sommes contenues dans les appareils et ne s’étaient pas seulement emparés des pièces de monnaie de plus grande valeur. Il est à noter que ce jugement fait l’objet d’un appel entrepris par 2 des 3 employés (Songue, 2018-04-24 (C.A.), 500-10-006718-181 et Lefebvre, requête en prolongation du délai d’appel accueillie).

Dans Turcotte, l’accusée a été déclarée coupable d’extorsion envers son kinésiologue puisqu’elle aurait tenté de se faire rembourser des traitements en invoquant de fausses accusations criminelles.

Pendant un traitement, elle aurait souhaité avoir des contacts physiques de nature sexuelle et aurait agi de façon suggestive, ce qui aurait mis le professionnel très mal à l’aise. Ce dernier n’aurait pas répondu à ses avances. À la fin du traitement, l’accusée lui a même remis un pourboire, en plus de payer sa consultation, ce qui est inhabituel.

Le lendemain matin, elle lui a réclamé 170 $, menaçant de déposer des accusations d’attouchement sexuel.

Un petit montant était en cause, mais la Cour du Québec a tenu à préciser que le Code criminel n’exigeait pas que les sommes réclamées soient élevées pour considérer qu’il s’agissait d’un crime. Par ailleurs, le tribunal a rejeté la demande d’appel de l’accusée relativement à sa déclaration de culpabilité puisque aucune erreur de droit ni erreur de fait n’avait été démontrée.

Nul n’est à l’abri

Ce ne sont que quelques exemples d’arnaque, mais l’imagination des gens qui mettent en œuvre de tels stratagèmes semble débordante : vol d’identité, arnaque téléphonique, fraude par carte de crédit ou par différents moyens (courriel, message texte, Facebook, etc.). En cas de doute, il est toujours possible de téléphoner au Centre antifraude du Canada, au numéro sans frais suivant : 1 888-495-8501.

Références, par ordre d’apparition  (référence complète du TI –)
·         R. c. Blouin (C.Q., 2018-03-07), 2018 QCCQ 1996, SOQUIJ AZ-51482513.

·         R. c. Lefebvre (C.Q., 2018-03-29), 2018 QCCQ 2265, SOQUIJ AZ-51485252. Songue c. R., appel sur la culpabilité, 2018-04-24 (C.A.), 500-10-006718-181. Requête en prolongation du délai d’appel accueillie (C.A., 2018-07-11),  2018 QCCA 1569, SOQUIJ AZ-51530749. Requête pour suspendre l’exécution de la peine accueillie (C.A., 2019-07-02), 2019 QCCA 1198, SOQUIJ AZ-51610132.

·         R. c. Turcotte (C.Q., 2017-12-14), 2017 QCCQ 15184, SOQUIJ AZ-51457352. Détermination de la peine (C.Q., 2018-01-09), 750-01-046209-159. Requête pour suspendre l’exécution de la peine accueillie (C.A., 2018-04-12), 2018 QCCA 572, SOQUIJ AZ-51484082. Appel sur la culpabilité rejeté (C.A., 2019-05-21), 2019 QCCA 1238, SOQUIJ AZ-51611292.

Les conséquences du travail au noir sur la validité d’un contrat

Par Emmanuelle Faulkner, avocate

Selon Statistique Canada, la valeur totale de l’activité économique souterraine était estimée à 51,6 milliards de dollars en 2016, soit à 2,5 % du produit intérieur brut. Telle qu’elle est définie par Statistique Canada, l’économie souterraine représente un ensemble d’activités économiques de marché, soit légales, soit illégales, qui échappent aux mesures en raison de leur nature cachée, illégale ou non officielle. À elle seule, l’industrie de la construction résidentielle est responsable de 26,6 % de ces activités. Quelles sont les conséquences juridiques de ce travail au noir ? Qu’arrive-t-il si l’entrepreneur ou le client veut s’adresser aux tribunaux pour faire valoir ses droits ?

Les conséquences du travail au noir sur la validité du contrat

Un contrat conclu au noir, c’est-à-dire en fraude des lois fiscales qui sont d’ordre public de direction, n’est pas valide. En effet, en vertu de l’article 1373 du Code civil du Québec, la prestation à laquelle un débiteur est tenu envers un créancier ne doit être « ni prohibée par la loi ni contraire à l’ordre public ».

En éludant les taxes, les parties à un contrat contreviennent à la Loi sur la taxe de vente du Québec et à la Loi sur la taxe d’accise. Elles ne respectent pas leurs obligations légales envers l’État. Elles s’exposent à des sanctions prévues dans ces lois, mais celles-ci ne contiennent aucune disposition voulant que les contrats au noir ou visant à éluder le paiement des taxes soient nuls.

Pour qu’un contrat conclu au noir soit nul dans son intégralité, des conditions précises doivent être respectées. Elles ont récemment été énoncées dans Lafrance. Il faut que l’évitement des taxes ait été la cause déterminante de l’engagement des parties. C’est notamment le cas lorsqu’un client retient les services d’un entrepreneur en raison du fait que celui-ci accepte d’exécuter les travaux au noir. Sinon, seule la clause illicite sera nulle et le reste du contrat restera valable.

Voici 2 décisions ayant dernièrement appliqué ce principe.

Entrepreneur en construction payé au noir

Dans Favreau, la demanderesse avait retenu les services d’un entrepreneur en construction retraité pour réaliser différents travaux à sa maison. Elle l’a entièrement rétribué au noir afin d’éviter le paiement des taxes. Elle a intenté un recours contre lui en raison des déficiences et des malfaçons constatées.

En application du test en 4 étapes établi dans Lafrance, le juge a conclu que l’intégralité du contrat devait être déclarée nulle de nullité absolue et a ordonné la restitution des prestations. La demanderesse ne pouvait bénéficier, d’un côté, d’un rabais substantiel dans le paiement des travaux de rénovation effectués à ses immeubles et, de l’autre, d’une garantie pour des travaux qu’elle estime mal exécutés.

Fausses factures pour obtenir une subvention provenant de fonds publics

Dans Rebuts de l’Outaouais inc., un entrepreneur poursuivait ses clients pour le paiement de divers travaux de rénovation. En retour, ceux-ci lui réclamaient également une indemnité pour d’éventuels travaux correctifs ainsi qu’à titre de dommages-intérêts.

Afin de pouvoir bénéficier d’une subvention de la Ville, les travaux devaient atteindre un certain coût. Les parties avaient donc convenu de gonfler la valeur des travaux en présentant de fausses factures qui ne représentaient pas la réalité. Des sommes ont également été versées sans que les taxes applicables soient réclamées ou versées. Le juge a donc retenu que le contrat avait été, du moins partiellement, conclu au noir, soit au mépris des lois fiscales et dans le but de maquiller la réalité pour obtenir une subvention provenant de fonds publics. Les clients n’ont été condamnés à payer que le montant qu’ils admettaient devoir et ils n’ont obtenu que 2 900 $ pour les travaux correctifs (plutôt que 15 000 $).

 

Références, par ordre d’apparition  (référence complète du TI –)
·         Lafrance c. Carter (C.Q., 2018-01-24), 2018 QCCQ 198, SOQUIJ AZ-51461502, 2018EXP-566.

·         Favreau c. Cusson (C.Q., 2018-06-14), 2018 QCCQ 7105, SOQUIJ AZ-51533924, 2018EXP-2953.

·         Rebuts de l’Outaouais inc. c. Roy (C.Q., 2018-01-31), 2018 QCCQ 424, SOQUIJ AZ-51465625, 2018EXP-697.

Médicaments et fausses factures : un travailleur pris la main dans le sac !

Auteur: Philippe Jolivet, avocat

En 2014, alertée par les demandes de remboursement anormalement élevées du travailleur visant des frais de pharmacie, la CSST (la CNESST depuis le 1er janvier 2016) a effectué une enquête conformément aux dispositions de l’article 160 de la Loi sur la santé et sécurité du travail.

Après avoir pris connaissance des conclusions du rapport d’enquête, la CNESST a informé le travailleur qu’il devait lui rembourser la somme de 48 176,71 $. Devant le refus de la révision administrative de modifier cette décision, le travailleur a contesté celle-ci devant le Tribunal administratif du travail (TAT).

La preuve

Le TAT, dans l’affaire Avigdor, a d’abord entendu le témoignage de l’enquêteur mandaté par la CNESST, lequel a déposé et commenté un volumineux rapport d’enquête composé de 97 annexes. Il a également recueilli le témoignage du syndic adjoint de l’Ordre des pharmaciens du Québec, lequel avait mené sa propre enquête sur la pharmacie impliquée dans le dossier. À partir de toute cette preuve, le TAT a tiré des conclusions accablantes pour le travailleur.

Dans un premier temps, il a conclu que toutes les réclamations de celui-ci pour des médicaments consommés avant la date de sa première inscription à titre de client auprès de la pharmacie en question s’appuyaient sur de fausses factures. Dans les faits, les médicaments dont le coût était réclamé par le travailleur n’avaient jamais été vendus par la pharmacie.

Dans un second temps, il a souligné que les quantités de médicaments apparemment fournies par la pharmacie au travailleur après son inscription en tant que client régulier ne pouvaient être réalistes, la pharmacie n’ayant jamais eu en sa possession de telles quantités.

Le TAT a également mentionné que, selon les vérifications effectuées auprès de Revenu Canada et dans les comptes bancaires du travailleur, celui-ci n’avait pas les ressources financières pour acquitter le coût des médicaments qu’il prétendait avoir achetés. Aucune transaction ne justifiait le paiement de ces médicaments.

De l’ensemble des documents déposés en preuve, il a conclu que les achats de médicaments présumés à la pharmacie ne coïncidaient aucunement avec le journal des recettes de l’entreprise.

Le TAT a également retenu des entrevues réalisées avec deux pharmaciens suppléants travaillant à la pharmacie en cause qu’il était impossible que de si fortes quantités de médicaments aient été vendues à un client. Pour l’un de ces médicaments, il était question de 4 320 comprimés, alors que la pharmacie n’en détenait pas autant et qu’on en vendait pas plus de 200 ou 300 à la fois.

Finalement, il a noté l’existence de nombreux appels entre le travailleur et le conjoint de la propriétaire de la pharmacie figurant à son cellulaire, ce qui paraissait «intriguant et fort troublant».

On était bel et bien devant une arnaque!

Devant une telle preuve, le TAT a déclaré que la CNESST était bien fondée à réclamer au travailleur le remboursement de 48 176,71 $.

Une pilule plutôt dure à avaler!

La requête en révision de la décision du TAT déposée par le travailleur a été jugée irrecevable.

Élections 2018 – 2018 elections

16 mai 2018

Chers membres,
Le 4 mai 2018 s’est tenue l’assemblée annuelle du Chapitre de l’ACFE Montréal. Au cours de celle-ci, un vote pour l’élection de la nouvelle équipe d’administration a eu lieu. Conformément à la charte du chapitre, les membres du conseil d’administration sont élus pour un mandat de deux ans et assurent leur fonction jusqu’à ce que leurs successeurs soient dûment nommés ou élus et qualifiés.
À la suite des délibérations, nous avons le plaisir de vous présenter les nouveaux membres de votre conseil d’administration.

Le nouveau conseil d’administration est composé des 7 membres suivants :

Présidente : Tania Ramirez, CFE, CPA, CGA
Vice-Président Technologies : Matthew Bernier, CFE, CFCI
Vice-Présidente Formations et Évènements : Souad Bensid, CFE, M.Sc.
Vice-Président Communications : Leonidas Assogba, CFE, CPA, CGA
Vice-Présidente Relations Externes et Support aux Membres : Alison Beaudoin, CFE
Trésorière : Maye Samoiel, CFE, CPA, CICA
Secrétaire Corporatif : Katerine Cayen-Palmarini, CFCI, CBM

Le nouveau conseil d’administration, qui aura l’honneur d’administrer votre chapitre ACFE Montréal vous sera présenté officiellement, lors de notre cocktail estival qui aura lieu le 14 juin prochain. Vous pouvez également consulter le lien suivant afin d’en savoir plus sur les nouveaux membres du conseil : https://www.acfemontreal.com/acfe-montreal/exec/

Le Chapitre ACFE de Montréal tient à remercier tous ses membres et commanditaires pour l’engagement démontré au cours des dernières années. Nous attendons avec plaisir votre présence et votre soutien pour la nouvelle année à venir, qui sera riche en événements dans le but d’assurer votre perfectionnement professionnel.

ACFE Chapitre de Montréal

 


May 16, 2018

Dear Members,
On May 4, 2018, the ACFE Montreal Chapter held its Annual Meeting, and during this meeting, a vote was held for the election of the new Board of Directors. In accordance to the ACFE Uniform Chapter Bylaws, the Board of Directors shall serve a two-year term and shall hold office until their successors are duly appointed or elected and qualified.
Following the deliberations, we are pleased to introduce the new members of your Board of Directors.

The new Board of Directors consists of the following 7 members:

President : Tania Ramirez, CFE, CPA, CGA
Vice-President Technology : Matthew Bernier, CFE, CFCI
Vice-President Training & Events : Souad Bensid, CFE, M.Sc.
Vice-President Communications: Leonidas Assogba, CFE, CPA, CGA
Vice-President External Affairs & Member Support : Alison Beaudoin, CFE
Treasurer : Maye Samoiel, CFE, CPA, CICA
Corporate Secretary : Katerine Cayen-Palmarini, CFCI, CBM

The new Board of Directors, which will have the honour of administrating your ACFE Montreal Chapter, will be introduced to you at the Summer Cocktail reception on June 14, 2018. To learn more about the new Board members, you may visit the ACFE Montreal website by clicking on the following link: https://www.acfemontreal.com/acfe-montreal/exec/

The ACFE Montreal Chapter wishes to thank all its members and sponsors for the commitment shown over the past years. We look forward to your presence and support for the upcoming new year which will be filled with valuable events with the goal of the continuous professional development of our members.

ACFE Montreal Chapter

28th Annual ACFE Global Fraud Conference

28th annual ACFE Global Conference – Join more than 3,000 anti-fraud professionals at the 28th Annual ACFE Global Fraud Conference to share insights and trends in fraud prevention, detection and deterrence. As the world�s largest anti-fraud event, the conference offers an unparalleled opportunity to gain the knowledge, resources and connections you need for the fight against fraud.

Source: 28th Annual ACFE Global Fraud Conference

Affichage de poste: Agent, Services de sécurité et enquêtes / Officer, Security and Investigation Services

Si vous avez l’ambition, le talent et la motivation, considérez une carrière prometteuse au sein de l’équipe de sécurité de Postes Canada. Nous cherchons présentement à recruter un agent, Services de sécurité et enquêtes, enthousiaste afin de soutenir et déveloper nos capacités analytiques pour identifier, en collaboration étroite avec les employés, les agences extérieures et les partenaires, les risques d’activités criminelles et d’autres éléments d’exposition en matière de sécurité qui peuvent avoir une incidence sur la sécurité des employés, les renseignements concernant les clients, le courrier et les biens, la valeur de la marque, la rentabilité et la viabilité des opérations. Nommé en vertu de la Loi sur la Société canadienne des postes à titre de principale personne-ressource en matière d’application de la loi pour votre secteur d’activité, vous exercerez l’autorité vous étant dévolue par la Loi sur la Société canadienne des postes et le Code criminel en ce qui concerne les infractions liées au courrier.

Source: Agent, Services de sécurité et enquêtes / Officer, Security and Investigation Services – ACFE chapitre de Montréal – Montreal ACFE Chapter